Killie du Cameroun

Aphyosemion cameronense
Aphyosemion cameronense, Killie du Cameroun
Classe : Actinopterygii
Ordre : Cyprinodontiformes
Famille : Nothobranchiidae
Genre : Aphyosemion
Espèce : cameronense
Nom commun : Killie du Cameroun
Taille : 5 cm
Origine géographique : Cameroun, Guinée équatoriale, Gabon, Congo
Rareté : Rare

Description de Aphyosemion cameronense

Le poisson Aphyosemion cameronense est couramment appelé "killie du Cameroun", en raison de son origine géographique principale, mais son aire de distribution est bien plus vaste, incluant en plus du Cameroun, la Guinée équatoriale et le Gabon, ainsi que le nord du Congo (Congo Brazzaville).

Cette étendue sur plusieurs pays pour cette espèce a provoqué de nombreuses identifications sous divers taxons comme (on ne va pas tous les citer...) : Aphyosemion bellicauda (Ahl, 1924); Aphyosemion haasi Radda & Pürzl, 1976; Aphyosemion halleri Radda & Pürzl, 1976; Aphyosemion microstomum (Ahl, 1924); Aphyosemion obscurum (Ahl, 1924). Toutes ces appellations parallèles sont considérées invalides et synonymes de Aphyosemion cameronense.

Fiche de maintenance détaillée de Aphyosemion cameronense

Qualité de l'eau :

La difficulté de maintenance de ce poisson vient des conditions dans lesquelles il apprécie d'évoluer : une eau douce dans un gamme de pH allant de 6,5 à 7,2, mais c'est surtout le "climat" pas tout à fait tropical avec une étendue de température assez fraiches de 18 à 22 °C... Ca complique pas mal les choses en aquarium, surtout en été. De plus, il faut considérer que ce n'est pas une espèce annuelle, et ces poissons sont susceptibles de vivre 2 ans au moins en aquarium lorsque les conditions sont favorables.

En fait, Aphyosemion cameronense se rencontre dans les cage" class="mot">marécages, les zones marécageuses des ruisseaux peu profonds et les petits cours d'eau sous la couverture sombre de la forêt nord-équatoriale dans les plaines intérieures de la forêt tropicale ouest africaine.

Alimentation et nourriture :

Comme toujours avec les killies, il faut fournir une alimentation variée, si possible vivante ou congelées, et basée sur des daphnies, des artémias, des vers de vase, etc. Les nourritures lyophilisées sont tolérées après une période (parfois longue) d'acclimatation et d'adaptation.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site