Killi à points bleu

Aphyosemion cyanostictum
Aphyosemion cyanostictum, Killi à points bleus, joyau du Gabon
Classe : Actinopterygii
Ordre : Cyprinodontiformes
Famille : Nothobranchiidae
Genre : Aphyosemion
Espèce : cyanostictum
Nom commun : Killi à points bleus, joyau du Gabon
Taille : 5 à 6 cm
Origine géographique : Gabon
Rareté : Rare

Description de Aphyosemion cyanostictum

Le nom de genre, Aphyosemion, signifie « poisson (littéralement Sardine ou anchois) portant une bannière ou un drapeau ». Le nom d’espèce, cyanostictum, vient du grec kyanos signifiant « bleu sombre » et stiktos, c’est à dire « ponctué », allusion au patron de coloration.

Origine et aquariologie :

La localité type est le marigot de Bélinga, bassin de l'Ivindo, Gabon septentrional. holotype et paratypes MNHN. Habite les petits ruisseaux et marigots de la forêt hygrophile dans le bassin de l'Ivindo, entre Ovan et Bélinga.

Découverte par Lambert et Géry, l'espèce ne fut répandue chez les éleveurs qu'après les récoltes de Herzog et Bochtler qui la retrouvèrent à l'ouest de Makokou, ce qui permit de maintenir une souche. Celle qui fait l'objet de cette fiche provient de l'élevage de A. Brosset.

C’est une espèce de petite taille (35-40 mm LT), la femelle un peu plus petite que le mâle qui atteindrait 50 mm en aquarium.

Description :

Mâle : La robe, de couleur rouge foncé, dite "lie de vin" ou grenat, est uniforme ; le ventre est également coloré. Chaque écaille est ponctuée de bleu turquoise très brillant et cette ponctuation est également uniforme. Le corps, assez fin et de section ronde, évoque la silhouette d'une fléchette ou d'une torpille, impression accentuée par la situation postérieure des nageoires impaires. La tête est fine et assez grande; l'oeil présente un reflet bleuté. Les nageoires impaires ont toutes la même coloration, rouge foncé ponctué de bleu turquoise. Cette ponctuation se transforme en un liséré bleuté sur le bord externe des nageoires. Chez les sujets - âgés, ces nageoires deviennent frangées. Les pectorales et les ventrales sont incolores ou légèrement bleutées.

Femelle : La robe est plus foncée, presque marron, et ne présente qu'une faible ponctuation.

biotope :

Les Aphyosemion habitent les petits cours d'eau et marigots forestiers à l'eau limpide. Ils se tiennent généralement dans les zones où ils trouvent des refuges : racines, feuilles mortes ou plantes semi-aquatiques.

Fiche de maintenance détaillée de Aphyosemion cyanostictum

Qualité de l'eau :

L’élevage et la maintenance se réalisera de préférence en aquarium spécifique. Sol sombre en fouillis (tourbe filamenteuse, feuilles de chêne bouillies). mousse de Bogor et plantes de surface. Lumière normale. eau douce (1/4 eau du robinet et 3/4 eau déminéralisée), température plutôt basse, 18 à 20 °C, ces poissons craignent la chaleur. Petite nourriture vivante ou congelée. Malgré sa taille réduite, ce poisson semble apprécier un espace suffisamment grand et de nombreuses possibilités de refuge. Un petit filtre intérieur sur mousse, à faible débit, et un changement d'eau (1/3 une fois par mois), avec de l'eau déminéralisée, semblent suffisants.

Cohabitation et comportement :

Placé dans un bac spécifique, Aphyosemion cyanostictum est un poisson actif qui fréquente toutes les couches d'eau et ne se montre pas très farouche. Comme les autres killies, il est cependant très sensible aux brusques variations de luminosité et aux bruits.

Le comportement parfois agressif des sexes, entre eux est largement atténué par l'espace et les nombreuses cachettes.

Protocole d'élevage et reproduction Aphyosemion cyanostictum :

Méthode dite "naturelle". Plusieurs mâles et femelles peuvent cohabiter et l'espèce peut être maintenue en groupe reproducteur si la végétation est assez dense (couche de mousse recouvrant les feuilles de chêne et surface recouverte de Ceratopteris atténuant la lumière). Des poissons fréquentent le fond du bac et des mâles dominants patrouillent à mi-hauteur. Ils ne vont que rarement en surface et n'y prennent pas volontiers la nourriture qui devra être relativement abondante et mélangée pour le ravitaillement des alevins (larves de Moustique, daphnies, Cyclops, Grindals, micro-Vers, nauplies d'artémia). L'observation de la ponte et du développement des oeufs n'a pas été possible dans ces conditions. La production est faible et dépend en grande partie de l'apport de nourriture pour les alevins, mais cette méthode qui consiste à installer les poissons dans un endroit calme et à intervenir dans le bac le moins souvent possible a porté ses fruits : la souche est maintenue depuis plusieurs années. Il faut préciser que cette méthode est directement inspirée des données fournies à P. de Rham par A. Brosset dont il ne faut pas manquer de lire le remarquable article concernant ce poisson (Brosset 1982). Sur la base du critère d'interfécondité, testé en captivité sur quatre générations, Brosset estime que les trois Aphyosemion qu'il a élevés (fulgens, georgiae, cyanostictum) sont des morphes d'une seule et même espèce. Chaque morphe réapparaît dans la descendance suivant une distribution mendelienne des caractères, fulgens étant dominant par rapport à georgiae et cyanostictum étant récessif par rapport aux deux autres.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×