Apisto red spot "Roterpunkt

Apistogramma cinilabra
Apistogramma cinilabra, Apisto red spot "Roterpunkt

Classe : Actinopterygii
Ordre : Perciformes
Famille : Cichlidae
Genre : Apistogramma
Espèce : cinilabra
Nom commun : Apisto red spot "Roterpunkt"
Taille : 6 cm
Origine géographique : Pérou
Rareté : Très rare

Description de Apistogramma cinilabra

Ce petit poisson du Pérou est une toute nouvelle espèce; Apistogramma cinilabra vient d'être décrit par un groupe de scientifique péruvien dans un étude de la faune ichtyologique du bassin du Loreto. C'est donc une nouvelle espèce du genre Apistogramma qui a été récemment décrite par une équipe internationale dirigée par l'experte en cichlidés nains Uwe Römer.

L'espèce a été découverte en 2010 par les pêcheurs locaux pour le commerce aquariophile dans un petit lac de forêt ou dans un cocha au sud d'Iquitos, et ces poisons avaient hérité du nom provisoire d'Apistogramma sp. "Roterpunkt" (= red SPOT, tache rouge), mais on ne sait pas si elle a effectivement été exportée sous cette appellation.

L'espèce Apistogramma cinilabra se caractérise par un motif de couleur unique chez les mâles (photo ci-dessus) consistant en une combinaison de blanc crème lumineux un peu grisé et des marques centrales sur les lèvres, une plus brillante coloration rouge à la base des nageoires pectorales et sur les zones adjacentes à l'abdomen, opercules, les joues et la poitrine.

Le nom d'espèce cinilabra fait référence à la couleur inhabituelle des lèvres cendrées.

L'espèce est rare à d'autres égards et il est émis la probabilité que ce serait un membre de la lignée Apistogramma regani mais le double point sur le pédoncule caudal des femelles adultes dans la sélection coloration ne concorde pas avec cela et est plus caractéristique des autres groupes trouvés dans la région. D'autres recherches sont en cours pour tenter de résoudre cette question.

En outre, l'espèce semble être restreinte à la localité type, un seul tout petit lac avec une superficie de moins d'un hectare, entouré par la forêt primaire et apparemment situé dans une dépression entourée de collines. Le lac semble être complètement isolé des autres cours d'eau et il n'y a pas de flux entrant ou sortant de celui-ci.

Malheureusement, l'espèce est menacée dans son habitat naturel. La terre et la forêt environnante, le seul site où il a été trouvé, sont actuellement proposés à la vente pour la coupe de bois...

Fiche de maintenance détaillée de Apistogramma cinilabra

Qualité de l'eau :

Contrairement à beaucoup d'eaux de l'Amazone, le niveau d'eau est apparemment assez constant avec une variation saisonnière de seulement environ 20 cm; il n'y a donc pas des inondations locales pour le connecter à d'autres cours d'eau pendant la période des pluies, il est peu profond -jusque 2 m- et très acide (pH 4,1). Le fond est recouvert d'une épaisse couche de feuilles mortes, brindilles, branches, arbres tombés, et de fin détritus brunâtres, avec des taches d'algues et une paquet d'herbe aquatique non identifiée ou des végétaux de type mousse. Quelques autres poissons y ont été enregistrés, mais aucun autre Apisto comme notre poisson Apistogramma regani.

Cohabitation et comportement :

La nouvelle espèce a été gardée et élevée par Uwe Römer, et est signalée pour être assez difficile, réagissant mal aux modifications chimiques de l'eau, peut-être en raison de la stabilité inhabituelle de l'eau dans l'habitat naturel (l'inondation annuelle connue dans la plupart des habitats et biotopes des apistos sont le résultat des fluctuations saisonnières). Ce poisson présente un dimorphisme sexuel de taille et de coloration, avec des mâles, comme il est habituel dans ce genre, plus grands et plus colorés. Comme beaucoup d'autres Apistos, il est à maintenir en harem pour l'élevage avec -exceptionnellement- les deux sexes particulièrement agressifs dans la défense des alevins.

Il y a aussi beaucoup de variation dans la coloration des mâles, non seulement de l'humeur, mais aussi de mâle à un autre mâle. Les auteurs postulent que ce polymorphisme pourrait être lié au choix du partenaire par les femelles, un sujet qui a récemment fait l'objet de certaines recherches.

Alimentation et nourriture :

De type microprédateur, on proposera surtout des proies vivantes comme des larves d'insectes ou de petits crustacés, typiquement des gammares.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site